basculement climatique

Le prix Nobel de Chimie Mario Molina, le premier a avoir alerté l’opinion publique sur le trou dans la couche d’ozone, s’alarme des risques de basculement soudain et irréversible du climat terrestre.

Au-delà d’un réchauffement de la planète de 2,5 degrés celsius, il y aurait des « conséquences presque irreversibles » a alerté le Prix Nobel 1995. Cette année là, ces travaux avaient permis de mettre en évidence la menace que représentaient les gaz CFC sur la couche d’ozone.

« Les choses sont en train de changer, et il n’y a aucun doute que c’est à la suite des activités humaines » a-t-il affirmé. « Bien avant que nous ne manquions de pétrole, nous allons manquer d’atmosphère ».

Lors d’une réunion annuelle de la Banque inter-américaine de développement, à Miami, Molina a affirmé que l’augmentation de l’intensité des ouragans faisait partie des changements inquiétants que les scientifiques liaient à un réchauffement climatique rapide survenu au cours des 30 dernières années ».

Le scientifique n’a pas déterminé les effets spécifiques de l’élévation de la température terrestre survenue jusqu’à présent, qui a été légèrement inférieure à 1 degré Celsius au cours du dernier siècle, mais il explique que des « points critiques » peuvent être atteints si la température continue d’augmenter. Ces niveaux impliquent des changements irréversibles de l’environnement planétaire.

Moliano a expliqué à l’agence Reuters qu’il existait de grandes incertitudes sur l’étendue de la capacité de la planète à supporter un réchauffement supplémentaire, avant d’atteindre un tel niveau critique.

« Vous ne cessez de changer la température graduellement, mais soudain, les choses changent dramatiquement », prévient-il.

« Tenter de limiter (le réchauffement) au-dessous de deux degrés (celsius) signifie que nous voulons maintenir le changement tout au plus à deux ou trois fois ce qui a déjà été changé. Et c’est parce qu’il est irréaliste d’attendre un changement moindre, à cause de ce qui a déjà été fait » dit Molina.

« L’idée de conserver le changement de température en-dessous de 2,5 (degrés celsius) vise précisément à réduire la possibilité d’atteindre ces points de basculement. » Au delà, le réchauffement représenterait « un risque qui n’est pas acceptable pour la société. »

source > reuters

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :