coeff GW

Si je largue x tonnes de gaz carbonique, de combien l'atmosphère terrestre se réchauffera-t-elle ? Jusque-là, cette quantification restait délicate, prenant en compte des hypothèses mal connues. Une équipe de chercheurs propose un coefficient simple. Multipliez-le par x et vous obtiendrez le réchauffement en degrés Celsius

Cette nouvelle méthode a au moins le mérite d’être très simple. Elle vient d'être proposée, par une publication dans la revue Nature, par Damon Matthews, du département de géographie, urbanisme et environnement de l’université Concordia (Canada) et ses collègues canadiens et anglais.

En combinant les données rétrospectives sur le climat à des modèles climatiques mondiaux, ils ont démontré qu’il existe une relation linéaire entre les émissions de CO2 cumulées et la température de l'atmosphère terrestre. Bref, un simple coefficient. Voilà de quoi bouleverser les modèles prévisionnels utilisés jusqu’ici, qui devaient tenir compte de complexes relations entre les émissions anthropiques, les puits de carbone, les concentrations atmosphériques et les changements de température.

Selon Damon Matthews en effet, malgré tous les facteurs d’incertitude qui semblaient complexifier inutilement les projections, une émission déterminée de CO2 entraîne une même élévation de température au niveau mondial, et cela quel que soit le lieu ou le moment où elle se produit et quelle qu'en soit la durée.

Les chiffres cités sont précis. Ainsi, l’émission d’une tonne de CO2 dans l’atmosphère terrestre provoque invariablement une augmentation de la température de 0,0000000000015 degré (10-13°C). Cette valeur peut paraître négligeable, mais sur cette base, une augmentation de la température moyenne de 2 degrés correspond approximativement à une quantité d’émission cumulative d’un peu plus de cinq cents milliards de tonnes de CO2, soit très sensiblement ce qui a été injecté dans l’atmosphère depuis le début de l’ère industrielle.

Damon Matthews et un groupe de spécialistes internationaux ont adressé une lettre ouverte aux participants de la conférence de la Convention-cadre sur le changement climatique (U.N. Framework Convention on Climate ChangeUNFCCC), réunissant 192 pays et prévue en décembre prochain. « La plupart des gens comprennent que les émissions de dioxyde de carbone conduisent inéluctablement au réchauffement climatique, mais il est bien plus difficile de saisir la complexité des éléments qui interviennent entre ces deux points. Nos découvertes permettent désormais à chacun d'effectuer une estimation plausible de sa contribution au réchauffement climatique en se basant simplement sur la totalité des émissions de dioxyde de carbone qu'il produit », explique le chercheur.

Cette découverte fait aussi l’objet d’une publication dans Nature du 10 juin 2009.

Source > Futura-Sciences

« Nous y sommes  » par Fred Vargas

« Nous y sommes  » par Fred Vargas

Nous y voilà, nous y sommes. Depuis cinquante ans que cette tourmente menace dans les hauts-fourneaux de l’incurie de l’humanité, nous y sommes.

Dans le mur, au bord du gouffre, comme seul l’homme sait le faire avec brio, qui ne perçoit la réalité que lorsqu’elle lui fait mal. Telle notre bonne vieille cigale à qui nous prêtons nos qualités d’insouciance.

Nous avons chanté, dansé…

Quand je dis « nous », entendons un quart de l’humanité tandis que le reste était à la peine.

Nous avons construit la vie meilleure, nous avons jeté nos pesticides à l’eau, nos fumées dans l’air, nous avons conduit trois voitures, nous avons vidé les mines, nous avons mangé des fraises du bout du monde, nous avons voyagé en tous sens, nous avons éclairé les nuits, nous avons chaussé des tennis qui clignotent quand on marche, nous avons grossi, nous avons mouillé le désert, acidifié la pluie, créé des clones, franchement on peut dire qu’on s’est bien amusés.

On a réussi des trucs carrément épatants, très difficiles, comme faire fondre la banquise, glisser des bestioles génétiquement modifiées sous la terre, déplacer le Gulf Stream, détruire un tiers des espèces vivantes, faire péter l’atome, enfoncer des déchets radioactifs dans le sol, ni vu ni connu.

Franchement on s’est marrés. Franchement on a bien profité.

Et on aimerait bien continuer, tant il va de soi qu’il est plus rigolo de sauter dans un avion avec des tennis lumineuses que de biner des pommes de terre.

Certes.

Mais nous y sommes.

A la Troisième Révolution.

Qui a ceci de très différent des deux premières ( la Révolution néolithique et la Révolution industrielle, pour mémoire) qu’on ne l’a pas choisie.

« On est obligés de la faire, la Troisième Révolution ? » demanderont quelques esprits réticents et chagrins.

Oui.

On n’a pas le choix, elle a déjà commencé, elle ne nous a pas demandé notre avis. C’est la mère Nature qui l’a décidé, après nous avoir aimablement laissés jouer avec elle depuis des décennies.

La mère Nature, épuisée, souillée, exsangue, nous ferme les robinets.

De pétrole, de gaz, d’uranium, d’air, d’eau.

Son ultimatum est clair et sans pitié :

Sauvez-moi, ou crevez avec moi (à l’exception des fourmis et des araignées qui nous survivront, car très résistantes, et d’ailleurs peu portées sur la danse).

Sauvez-moi, ou crevez avec moi.

Evidemment, dit comme ça, on comprend qu’on n’a pas le choix, on s’exécute illico et, même, si on a le temps, on s’excuse, affolés et honteux.

D’aucuns, un brin rêveurs, tentent d’obtenir un délai, de s’amuser encore avec la croissance.

Peine perdue.

Il y a du boulot, plus que l’humanité n’en eut jamais.

Nettoyer le ciel, laver l’eau, décrasser la terre, abandonner sa voiture, figer le nucléaire, ramasser les ours blancs, éteindre en partant, veiller à la paix, contenir l’avidité, trouver des fraises à côté de chez soi, ne pas sortir la nuit pour les cueillir toutes, en laisser au voisin, relancer la marine à voile, laisser le charbon là où il est, – attention, ne nous laissons pas tenter, laissons ce charbon tranquille – récupérer le crottin, pisser dans les champs (pour le phosphore, on n’en a plus, on a tout pris dans les mines, on s’est quand même bien marrés).

S’efforcer. Réfléchir, même.

Et, sans vouloir offenser avec un terme tombé en désuétude, être solidaire.

Avec le voisin, avec l’Europe, avec le monde.

Colossal programme que celui de la Troisième Révolution.

Pas d’échappatoire, allons-y.

Encore qu’il faut noter que récupérer du crottin, et tous ceux qui l’ont fait le savent, est une activité foncièrement satisfaisante. Qui n’empêche en rien de danser le soir venu, ce n’est pas incompatible.

A condition que la paix soit là, à condition que nous contenions le retour de la barbarie –une autre des grandes spécialités de l’homme, sa plus aboutie peut-être.

A ce prix, nous réussirons la Troisième révolution.

A ce prix nous danserons, autrement sans doute, mais nous danserons encore.

Fred Vargas, Archéologue et écrivain

Terre nourricière, Terre éphémère : les ressources de la planète en question

Terre nourricière, Terre éphémère :

les ressources de la planète en question

Programme et détails des festivités proposées par l’ATLAS

centre de culture scientifique et technique de la ville de Saint-Ouen

du 29 mars au 7 avril 2009

En ce début de printemps, l’ATLAS se propose de dresser un état des lieux des ressources alimentaires de la planète.

CONFERENCES-RENCONTRES

Nourrir les humains aujourd’hui… et demain ?

avec Georges Courade, géographe, directeur de recherche honoraire à l’Institut de recherche pour le développement (IRD)

Mardi 31 mars à 20h30 à l’ATLAS – Tout public

Une mer sans poissons : quel avenir pour les pêches ?

avec Philippe Cury, directeur du Centre de recherche halieutique méditerranéenne et tropicale

Mardi 7 avril à 20h30 à l’ATLAS – Tout public

SPECTACLE – THEATRE

Mauvais Temps (de et avec Frédéric Ferrer, compagnie Vertical Détour)

Samedi 4 avril à 20 h 30, à l’Espace 1789 – public adultes (2/4 rue A. Bachelet – 93400 Saint-Ouen)

Une pièce de théâtre à l’allure de folle conférence parlant des dérèglements climatiques de notre planète.

(réservation obligatoire au 01 40 11 50 23)

FILM DOCUMENTAIRE

Alix au pays des gênes (Okinawa Guérard – 2006)

Mercredi 1er avril à 12 h 15, à l’ATLAS

VISITE

Marché de Rungis

Vendredi 3 avril (RV à 5 heures devant la mairie – transport assuré – retour vers 9h30)

Réservation et inscription obligatoires auprès de l’ATLAS – nombre de places limité – Participation : 5 €.

EXPOSITiON

OGM : les grains de la discorde

du 29 mars au 17 avril, du lundi au vendredi, de 14h à 17h30

ATLAS

7 rue de l’Union,93400 Saint-Ouen

(M° Mairie de Saint-Ouen)

Tel. : 01.49.18.10.40

http://www.atlas93.com

Le Palais de la découverte en danger

Venez très nombreux soutenir le Palais de la découverte les 27, 28 et 29 juin 2008, de 10h à 18h :

le personnel et la Direction vous invitent à partager le plaisir des sciences et découvrir ou redécouvrir des expériences extraordinaires!!

ENTREE GRATUITE

TV off

Recit d’une soirée de la semaine dernière ou l’on a joint l’utile à l’agréable…

« Je reviens d’une expédition « commando » anti-télé ;-). Avec F., chacun armé d’une mini-télécommande universelle genre TV-B Gone, on a écumé les bars et magasins autour de Saint-Michel (sans forcément consommer, je précise, de l’extérieur ça marche aussi, hips) : il y en a partout ! Je ne sais pas combien de lave-cerveaux gaspilleurs d’énergie on a éteint… Au début on a fait un concours. Le plus jouissif a été un Darty : on éteignait parfois 3 ou 4 télés en même temps. Le problème c’est que lorsqu’on voulait éteindre celles d’à-côté, on rallumait les précédentes. arf ! Après du coup, on a arrêté de compter les points.

Le plus frustrant au final, c’est que personne ou presque ne s’en rend compte ! Ça prouve bien que ces merdes sont inutiles en tous cas… Une seule fois, après avoir éteint la télé 3 fois en 1/2 heure, le mec derrière le bar a demandé à un client : »tu peux m’expliquer pourquoi ma télé arrête pas de s’éteindre ? » Le type, avec « BOSSER TUE » sur son t-shirt : « bah sûrement parce qu’il y a un connard qui a un TV-B GONE… QUEL EST LE CONNARD QUI A UN TV B-GONE ? » En revenant des chiottes, je réponds que c’est moi mais que je suis pas un connard. Rires. On papote, le type me félicite, me dit qu’il en a un et me traite de geek. C’est malin. »

casse-toi pauvre con toi même !

Après Sarkozy pique le stylo des roumains, Sarkozy, président de la république française se lache au salon de l’agriculture : la grande classe continue… à suivre…

Vodpod videos no longer available. from carnetsdenuit.typepa posted with vodpod

Video Amnesty International : Signatures

Vodpod videos no longer available. from www.dailymotion.com posted with vodpod

Ce film d’animation de 2 minutes 20 secondes est une illustration, simple et efficace, des missions d’Amnesty International et notamment des thèmes d’action suivants :

– la libération des prisonniers d’opinion

– les violences faites aux femmes

– l’usage de la torture

– l’abolition de la peine de mort

– le recours aux enfants soldats

Il décline notre signature d’action « vos signatures ont du pouvoir » en montrant le pouvoir que détient chacun lorsqu’il se mobilise et à quel point une signature peut être source de protection et d’espoir pour les personnes en danger. Ce film est un appel à l’action individuelle. Créé gracieusement par l’agence TBWA\Paris, Signatures a été plébiscité en recevant de nombreux prix dont, dernièrement :- le Grand Prix de la Communication Solidaire 2007 (http://www.communicationsansfrontieres.net/agenda/grand_prix.html). Ce prix a été créé en 2005 par Communication Sans Frontières (http://www.communicationsansfrontieres.net/) dans le but de récompenser les professionnels de la communication et acteurs du secteur solidaire pour la qualité et l’éthique de leur travail de communication.- le Grand Prix de la Campagne Citoyenne 2008 (http://pcc.aacc.fr/).

Co-organisé pour la 3ème année par l’Association des Agences Conseil en Communication et l’Assemblée Nationale, ce prix vise à promouvoir les campagnes de publicité dont la vocation est d’améliorer un comportement individuel ou collectif. Le jury est composé de 14 députés et de 6 publicitaires.http://www.amnesty.fr