Urgence pour le Palais de la découverte

Sauf changement de dernière minute, le Conseil des Ministres va décréter la disparition du Palais de la Découverte le 9 décembre prochain.

Malgré près de 70 000 signatures (http://www.sauvonslepalaisdeladecouverte.fr), malgré tous les appels de la communauté scientifique, dont plusieurs prix Nobel, malgré l’opposition des personnels et de toutes les instances représentatives, le gouvernement veut passer en force.

Si le texte de ce décret passait, le Palais n’aurait plus d’existence juridique au 31 décembre 2009.

Le lendemain 1er janvier, il serait absorbé dans un nouvel établissement entièrement dominé par la Cité des Sciences et de l’Industrie, où il n’aurait ni autonomie de décision, ni autonomie financière. C’est dire que l’esprit du Palais, cette passion du partage direct de la science fondamentale entre les scientifiques et le grand public, disparaitrait.

Il est encore temps d’empêcher cette mise à mort.

Des actions se préparent.

Vous aussi vous pouvez agir :

Ecrivez, avant le 9 décembre, à celle et ceux qui porteront la responsabilité de cette décision lors du Conseil des Ministres.

Nicolas Sarkozy, Président de la République : http://www.elysee.fr/ecrire

Frédéric Mitterrand, Ministre de la Culture : http://www.culture.gouv.fr/culture/comment-ministre.htm

Valérie Pécresse, Ministre de la Recherche : valerie.pecresse@recherche.gouv.fr

Transmettez copie à Claudie Haigneré, chargée de la mission de préfiguration du nouvel établissement, présidente de la Cité des Sciences et de l’Industrie, présidente du Conseil d’administration du Palais de la découverte : c.haignere@cite-palais.fr

Faites circuler largement cet appel autour de vous.

Le 10 décembre, il sera peut-être trop tard.

Publicités

Perspectives

Perspectives 5
en ligne
depuis hier
(A écouter/regarder avec un bon niveau sonore, comme d’habitude)

Toute la série toujours en ligne >  fr.youtube.com/tronchom

Et en DVD sur simple demande…..

enjoy (or hate)

[dunkelbunt], le son qui me plait

Dunkelbunt-4

Vous connaissez peut-être ce sentiment que l’on a quand on rencontre l’amour de sa vie, on se dit que l’on attendait cette personne depuis toujours, que l’on est en phase, sur la même longueur d’onde, que l’on a enfin trouvé l’âme soeur, celle qui vous convient, qui vous comprend et vous correspond totalement. Tout ça.

Eh bien j’ai eu un sentiment quasiment analogue lorsque j’ai écouté  [dunkelbunt] pour la première fois. Une vraie révélation. Un son qui vous transporte au delà des frontières, un son qui donne la pêche, qui fait sourire et danser. Ce son vient essentiellement des Balkans. je me dis d’ailleurs que je retrouve là de lointaines racines.

Je tente ici une traduction de la bio qu’il m’a envoyée quand je lui ai dit que je voulais écrire un petit article sur lui :  » Ulf Lindemann, alias [dunkelbunt] vit à Vienne, en Autriche. Né en 1979 à Hambourg, il vit et travaille comme DJ, compositeur, producteur, éditeur radio et mélangeur d’épices. Son nom [dunkelbunt] représente la diversité et la recherche permanente de nouvelles fusions de musiques et de styles. Le spectre des collaborations de [dunkelbunt] avec des groupes et des musiciens semble être aussi large que les eaux musicales qu’il traverse. »

ulf lindemann aka dunkelbunt

Il compose, il fait des remixes de morceaux géniaux de groupes klezmer et balkaniques pour la plupart (Amsterdam Klezmer Band, Fanfare ciocarlia, Marco Markovic Orkestra, Deladap…). Dans ses sets et mixes il mélange les influences klezmer, tzigane, balkaniques mais aussi rap, ragga, dub en passant par le swing sur un fond électro… que du bonheur qui s’enchaine au fil de l’écoute. Ses mixes sont des bombes atomiques pour les oreilles.

Liens

site officiel : http://www.dunkelbunt.org
son myspace : http://www.myspace.com/dunkelbunt (avec liens vers ses Mixes fabuleux sur http://www.straightup.com.au voir les liens direct plus bas et playlists encore plus bas)

Lien vers Last.fm : http://www.lastfm.fr/music/%5Bdunkelbunt%5D

Lien vers Deezer : http://www.deezer.com/fr/#music/dunkelbunt

Lien vers Spotify : http://open.spotify.com/search/%5bdunkelbunt%5d

dunkelbunt – dj mixes

  1. dunkelbunt – schwing die hacken (2008) (un de mes préférés, très swing)
  2. dunkelbunt – between the balkans and the orient (2007)
  3. dunkelbunt – between napoli & guyaquil (2006)
  4. dunkelbunt – Reggae & Dub – vol 1 (2005)
  5. un autre dunkelbunt mix

voir aussi mes MP3 sur mon blip : http://blip.fm/chaacattac

morgenlandfahrt cover - [dunkelbunt]

Albums :

Singles:

[dunkelbunt] 1 BW

Playlist des mixes Lire la suite

Les 7 familles No Conso

– Les déchetariens : ils se nourrissent dans les poubelles

forum consacré au mouvement déchétarien [fr] : www.freegan.fr

– Les locavores : ils mangent local

site des locavores [us] : www.locavores.com

site des AMAP en France [fr] : www.reseau-amap.org

– Les autonomes : ils produisent ce dont ils ont besoin

2 exemples : www.ecocircus.org et monotarcie.blogspot.com

– Les jardiniers guérilleros : ils ensemencent la ville

Le site des jardins partagés [fr] : www.jardinons.com

Le site des jardiniers guérilleros [angl] : www.guerillagardening.org

– Les selariés et freeconomistes : ils vivent sans argent

Le site des SEL [fr] : selidaire.org

Le site des freeconomistes [angl] : justfortheloveofit.org


– Les cueilleurs : ils se nourrissent de plantes sauvages

2 exemples : www.wildmanstevebrill.com [angl] et www.couplan.com

– Les compacteurs : ils n’achètent rien de neuf

Le blog de la branche française des compacteurs [fr] : compact.over-blog.com

On pourrait bien sûr rajouter d’autres familles comme les décroissants ou les objecteurs de croissance, les adeptes de la simplicité volontaire, les recycleurs, les bricoleurs, les réparateurs, les récupérateurs… et vous ?

Source > Science et Vie Junior

coeff GW

Si je largue x tonnes de gaz carbonique, de combien l'atmosphère terrestre se réchauffera-t-elle ? Jusque-là, cette quantification restait délicate, prenant en compte des hypothèses mal connues. Une équipe de chercheurs propose un coefficient simple. Multipliez-le par x et vous obtiendrez le réchauffement en degrés Celsius

Cette nouvelle méthode a au moins le mérite d’être très simple. Elle vient d'être proposée, par une publication dans la revue Nature, par Damon Matthews, du département de géographie, urbanisme et environnement de l’université Concordia (Canada) et ses collègues canadiens et anglais.

En combinant les données rétrospectives sur le climat à des modèles climatiques mondiaux, ils ont démontré qu’il existe une relation linéaire entre les émissions de CO2 cumulées et la température de l'atmosphère terrestre. Bref, un simple coefficient. Voilà de quoi bouleverser les modèles prévisionnels utilisés jusqu’ici, qui devaient tenir compte de complexes relations entre les émissions anthropiques, les puits de carbone, les concentrations atmosphériques et les changements de température.

Selon Damon Matthews en effet, malgré tous les facteurs d’incertitude qui semblaient complexifier inutilement les projections, une émission déterminée de CO2 entraîne une même élévation de température au niveau mondial, et cela quel que soit le lieu ou le moment où elle se produit et quelle qu'en soit la durée.

Les chiffres cités sont précis. Ainsi, l’émission d’une tonne de CO2 dans l’atmosphère terrestre provoque invariablement une augmentation de la température de 0,0000000000015 degré (10-13°C). Cette valeur peut paraître négligeable, mais sur cette base, une augmentation de la température moyenne de 2 degrés correspond approximativement à une quantité d’émission cumulative d’un peu plus de cinq cents milliards de tonnes de CO2, soit très sensiblement ce qui a été injecté dans l’atmosphère depuis le début de l’ère industrielle.

Damon Matthews et un groupe de spécialistes internationaux ont adressé une lettre ouverte aux participants de la conférence de la Convention-cadre sur le changement climatique (U.N. Framework Convention on Climate ChangeUNFCCC), réunissant 192 pays et prévue en décembre prochain. « La plupart des gens comprennent que les émissions de dioxyde de carbone conduisent inéluctablement au réchauffement climatique, mais il est bien plus difficile de saisir la complexité des éléments qui interviennent entre ces deux points. Nos découvertes permettent désormais à chacun d'effectuer une estimation plausible de sa contribution au réchauffement climatique en se basant simplement sur la totalité des émissions de dioxyde de carbone qu'il produit », explique le chercheur.

Cette découverte fait aussi l’objet d’une publication dans Nature du 10 juin 2009.

Source > Futura-Sciences

« Nous y sommes  » par Fred Vargas

« Nous y sommes  » par Fred Vargas

Nous y voilà, nous y sommes. Depuis cinquante ans que cette tourmente menace dans les hauts-fourneaux de l’incurie de l’humanité, nous y sommes.

Dans le mur, au bord du gouffre, comme seul l’homme sait le faire avec brio, qui ne perçoit la réalité que lorsqu’elle lui fait mal. Telle notre bonne vieille cigale à qui nous prêtons nos qualités d’insouciance.

Nous avons chanté, dansé…

Quand je dis « nous », entendons un quart de l’humanité tandis que le reste était à la peine.

Nous avons construit la vie meilleure, nous avons jeté nos pesticides à l’eau, nos fumées dans l’air, nous avons conduit trois voitures, nous avons vidé les mines, nous avons mangé des fraises du bout du monde, nous avons voyagé en tous sens, nous avons éclairé les nuits, nous avons chaussé des tennis qui clignotent quand on marche, nous avons grossi, nous avons mouillé le désert, acidifié la pluie, créé des clones, franchement on peut dire qu’on s’est bien amusés.

On a réussi des trucs carrément épatants, très difficiles, comme faire fondre la banquise, glisser des bestioles génétiquement modifiées sous la terre, déplacer le Gulf Stream, détruire un tiers des espèces vivantes, faire péter l’atome, enfoncer des déchets radioactifs dans le sol, ni vu ni connu.

Franchement on s’est marrés. Franchement on a bien profité.

Et on aimerait bien continuer, tant il va de soi qu’il est plus rigolo de sauter dans un avion avec des tennis lumineuses que de biner des pommes de terre.

Certes.

Mais nous y sommes.

A la Troisième Révolution.

Qui a ceci de très différent des deux premières ( la Révolution néolithique et la Révolution industrielle, pour mémoire) qu’on ne l’a pas choisie.

« On est obligés de la faire, la Troisième Révolution ? » demanderont quelques esprits réticents et chagrins.

Oui.

On n’a pas le choix, elle a déjà commencé, elle ne nous a pas demandé notre avis. C’est la mère Nature qui l’a décidé, après nous avoir aimablement laissés jouer avec elle depuis des décennies.

La mère Nature, épuisée, souillée, exsangue, nous ferme les robinets.

De pétrole, de gaz, d’uranium, d’air, d’eau.

Son ultimatum est clair et sans pitié :

Sauvez-moi, ou crevez avec moi (à l’exception des fourmis et des araignées qui nous survivront, car très résistantes, et d’ailleurs peu portées sur la danse).

Sauvez-moi, ou crevez avec moi.

Evidemment, dit comme ça, on comprend qu’on n’a pas le choix, on s’exécute illico et, même, si on a le temps, on s’excuse, affolés et honteux.

D’aucuns, un brin rêveurs, tentent d’obtenir un délai, de s’amuser encore avec la croissance.

Peine perdue.

Il y a du boulot, plus que l’humanité n’en eut jamais.

Nettoyer le ciel, laver l’eau, décrasser la terre, abandonner sa voiture, figer le nucléaire, ramasser les ours blancs, éteindre en partant, veiller à la paix, contenir l’avidité, trouver des fraises à côté de chez soi, ne pas sortir la nuit pour les cueillir toutes, en laisser au voisin, relancer la marine à voile, laisser le charbon là où il est, – attention, ne nous laissons pas tenter, laissons ce charbon tranquille – récupérer le crottin, pisser dans les champs (pour le phosphore, on n’en a plus, on a tout pris dans les mines, on s’est quand même bien marrés).

S’efforcer. Réfléchir, même.

Et, sans vouloir offenser avec un terme tombé en désuétude, être solidaire.

Avec le voisin, avec l’Europe, avec le monde.

Colossal programme que celui de la Troisième Révolution.

Pas d’échappatoire, allons-y.

Encore qu’il faut noter que récupérer du crottin, et tous ceux qui l’ont fait le savent, est une activité foncièrement satisfaisante. Qui n’empêche en rien de danser le soir venu, ce n’est pas incompatible.

A condition que la paix soit là, à condition que nous contenions le retour de la barbarie –une autre des grandes spécialités de l’homme, sa plus aboutie peut-être.

A ce prix, nous réussirons la Troisième révolution.

A ce prix nous danserons, autrement sans doute, mais nous danserons encore.

Fred Vargas, Archéologue et écrivain

Solidarité avec la Ferme en Vrille !

Liberté d’expression en danger ! Solidarité !

La FNSEA et les Chambres d’Agriculture demandent la fermeture et la condamnation du site internet satirique LA FERME EN VRILLE (qui parodiait La Ferme en Ville) qui dénonce leurs politiques visant à imposer une agriculture industrielle, productiviste, intensive, les OGM, les pesticides, le toujours plus d’engrais chimiques et d’irrigation, les agro-carburants, le hors sol et la disparition des petites exploitations agricoles. Le site est assigné en référé au Tribunal de Bayonne ce mercredi 15 avril à 9H30 ! La résistance s’organise. Toute l’information sur le procès de la ferme en ville est sur le site. L’objectif est double : faire échec à cette tentative d’attenter à la liberté d’expression et dénoncer encore plus fort la responsabilité de la FNSEA et des Chambres d’agriculture qu’elle gère dans la malbouffe, le saccage écologique et la mort des petits paysans. Aidez nous à faire que cette tentative liberticide se retourne contre eux ! NO PASARAN ! Rendez-vous sur le site du procès de la ferme en ville : onlafermerapas.info.

Note : copiez-collez ce texte (avec les liens bien sûr) dans votre blog et faites tourner le buzz !